Aller au contenu principal

Vaccination de moutons par Pasteur contre la maladie du charbon à Pouilly le Fort 

Auguste Lançon (1836-1887)

Public domain, via Wikimedia Commons

"Le Comité de pilotage scientifique du bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur www.pasteur2022.fr, composé notamment de représentants de l’Institut Pasteur et de l’Académie des sciences, par décision en date du 9 décembre 2021, a choisi de donner une suite favorable à votre demande.de labellisation et de publication pour le projet : Pasteur et les vétérinaires"

 

Contexte

Pasteur (1822-1895), normalien, chimiste, est à la base, comme chacun sait, de grandes découvertes en microbiologie. C’est lors de son séjour comme doyen de la faculté des sciences de Lille que Pasteur procédera à ses premières expériences sur la fermentation, montrant le caractère vivant des levures et ouvrant ainsi la voie à l’exploration du monde microbien. Pasteur s’intéressera ensuite à l’atténuation de la virulence microbienne conduisant ainsi à l’expérimentation de vaccins contre le choléra des poules, le charbon du mouton et enfin, contre la rage.

L’Académie vétérinaire de France a été créée par décret Présidentiel le 12 Janvier1928, dans la continuité de la Société vétérinaire du Département de la Seine créée en 1844 et devenue Société centrale de médecine vétérinaire en 1845. Le Bulletin et Mémoires de la Société Centrale de Médecine Vétérinaire devient alors le Bulletin de l’Académie Vétérinaire de France (BAVF). C’est sous ce nom qu’il est encore publié actuellement.

Il nous est apparu comme intéressant de compiler dans ce numéro spécial des articles anciens du BAVF et ayant pour objet Louis Pasteur, ses recherches et ses collaborateurs. Cet ouvrage, de plus d'une centaine de pages, comportera une quinzaine d'articles publiés entre 1970 et 2012 et disponibles sur le site Persée.

Nicol dans son article Pasteur et l’Académie vétérinaire rapporte un passage de la lettre que Louis Pasteur avait adressée à Henri Bouley le 7 Septembre 1877 : « ... Si j’étais jeune, et même à mon âge si j’étais valide, j’irais me constituer élève de l’école d’Alfort. Les lectures des ouvrages vétérinaires me mettent la tête en feu... ». 

Le 12 février 1880, Louis Pasteur est venu prendre rang dans la Société Centrale de Médecine Vétérinaire (société précédent l’Académie vétérinaire) et prononcera les mots suivants : « ...Je considère comme un devoir de remercier d'abord la Société de l'honneur qu'elle m'a fait en m'admettant parmi ses membres, mais j'ai voulu attendre de le faire d'une façon digne d'elle, en lui communiquant les résultats de mes recherches sur l'une des maladies contagieuses des animaux domestiques. Toutefois, laissez-moi vous dire que ce n'est pas sans un certain étonnement que je me trouve aujourd'hui au milieu de vous et que je me trouve chaque semaine au milieu des membres de l'Académie de Médecine, moi qui suis si peu médecin, si peu vétérinaire. Cependant, ma présence dans ces compagnies peut s'expliquer aisément quand on considère que la science est UNE, et que c'est l'homme seulement qui, en raison de la faiblesse de son intelligence, y établit des catégories comme il le fait pour la médecine, pour la religion et pour la politique... ».

L’objectif de la rédaction du Bulletin de l’Académie vétérinaire est d’offrir aux lecteurs, dans un seul volume des articles qui ont actuellement une importance historique indéniable.

 

Plan de l'ouvrage

Avant-propos 

Sommaire

Pasteur et relations avec les vétérinaires

Pasteur et la rage

Pasteur et le charbon

Commémoration du centenaire de son décès 1995

Comptes-rendus d’ouvrages

Index auteurs et thématique

 

Un exemple d'article

Pasteur et l’Académie vétérinaire. L. Nicol. Bull Acad Vet Fr. 1972 ; 125 : 545-565

 

Maj, JDC, 8/1/22