Aller au contenu principal

Prévention et thérapie des coronaviroses des animaux et... des hommes

Protection contre Covid-19

(limiter les risques un milieu dégradé - en l'absence de masques)

Recommandations de la société Française d'Ophtalmologie pour travailler en milieu dégradé

Le volume de protections individuelle étant actuellement insuffisant, la société Française d'Ophtalmologie propose des solutions pour mettre en place des procédures de protections individuelles en milieu dégradé (réutilisation de masques, protection des mains...).

Thérapies - Généralités

 

Cartographie des essais cliniques contre le Covid-19

Un site qui présente tous les essais cliniques contre le Covid-19

2 mois après les premiers essais cliniques qui devaient amener des résultats en 15 jours...

Lu dans https://www.lyon-entreprises.com/actualites/article/covid-19-le-projet-de-recherche-discovery-lance-a-partir-de-lyon-de-lyon-patine-serieusement

Lors du lancement du projet de recherche européen « Discovery », le 22 mars lors d’une conférence de presse rassemblant virtuellement de très nombreux journalistes, Florence Ader, professeur de maladies infectieuses au CHU de Lyon qui est en charge du recrutement des patients pour cet essai, avait estimé pouvoir donner les premiers résultats au bout de quinze jours.

Or, près d’un mois et demi après, toujours rien !

Rappelons que dans ce cadre, quatre traitements sont évalués, dont la fameuse hydroxychloroquine du professeur Raoult et le remdesivir.

Que se passe-t-il, alors qu’on est engagé dans une course contre la montre pour trouver un ou plusieurs traitement contre le Covid-19 ?

Philippe Froguel, directeur de recherche au CNRS au sein de l’Institut Pasteur de Lille qui a la réputation de parler cash évoque « un échec » ; expliquant que « Discovery est mort-né du fait des luttes intestines entres grands patrons de services ».

Même son de cloche de manière moins brutale de la part du professeur Yazdan Yazdanpanah, infectiologue-épidémiologiste à l’hôpital Bichat à Paris qui dans une tribune dans le Monde regrette que “chaque pays [ait] travaillé pour lui”.

“On a beaucoup de mal à coopérer”, explique t-il, précisant qu’à date, seul le Luxembourg a rejoint la France. Et aucun patient allemand, autrichien, portugais ou britannique, en dépit des prévisions et des annonces initiales !

Sur les 800 recrutements prévus sur le territoire national, Yazdan Yazdanpanah estime avoir atteint la barre des 740 personnes. Au Luxembourg, 60 patients sont prévus, mais le premier a été recruté… le 30 avril.

Les raisons de cet échec viennent d’une insuffisance de discussions en amont.

“On a aussi fait face à des désaccords sur les données à récolter”, ajoute l’infectiologue. “Nous, Français, nous souhaitions tester certains paramètres pour pouvoir adapter les dosages de médicament donné aux patients. Les Allemands s’y sont opposés.” 

Il y aurait aussi une question d’argent : ” ce que le responsable de l’essai clinique Discovery oublie de mentionner, c’est un problème de financement. L’essai Discovery coûte environ  5 000 euros par patient. Si la France a su dégager les quatre millions nécessaires à l’inclusion de ses 800 malades, ailleurs en Europe, les financements n’ont semblent-il pas été anticipés…”

Espérons que les partenariats qui seront mis en œuvre dans l’autre événement international lancé au départ de Lyon pour développer justement lesdits partenariats dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, « Partnering Against-Covid-19 », du 4 au 6 mai, aura plus de succès…

Thérapies Potentielles

Immunothérapies

Généralités sur les immunothérapies contre le Covid-19

Une revue très récente (mi avril) sur les stratégies thérapeutiques et vaccinales contre SARS-CoV-2 : transfert passif d'anticorps, technologies vaccinales mises en œuvre, essais de vaccination contre SARS-CoV-1 et MERS, problèmes immunopathologiques éventuellement rencontrés et à prendre en compte

Risques liés aux immunothérapies

Un essai de vaccination expérimentale du furet contre le SARS-CoV-1 se traduit par une pathologie hépatique exacerbée

Immunothérapie passive

Les Anticorps de lamas pour lutter contre les coronavirus 

Les camélidés produisent des petits anticorps homodimères à chaîne lourde uniquement. La région de liaison à l'antigène de ces anticorps homodimères à chaîne lourde est constituée d'un seul domaine, appelé VHH. Les VHH offrent de nombreux avantages par rapport aux anticorps classiques de grande taille et aux fragments à base d'anticorps actuellement utilisés (Fab, scFv), y compris une spécificité, une stabilité et une solubilité élevées, et une petite taille, leur permettant de reconnaître des sites antigéniques inhabituels et de pénétrer profondément les tissus. Depuis leur découverte, les VHH ont été largement utilisés en diagnostic et en thérapie. Les VHH présentent une grande adaptabilité pour inhiber ou neutraliser les agents pathogènes pour la création de molécules diagnostiques et thérapeutiques à base de VHH multifonctionnelles contre les zoonoses.

 

Immunothérapie actives (Vaccination)

Immunothérapie spécifique

 

Immunothérapie non spécifique

--> Vaccination par le BCG - Une arme contre le Covid-19

Le BCG est un excellent stimulant des effecteurs de l'immunité innée via son activité sur les TLR

Régulation du système immunitaire

Interféron

Un frein au traitement éventuel par l'interféron ? l'expression du récepteur ACE2 pour le SARS-CoV-2 sur les cellules épithéliales humaines est augmentée par l'interféron, ce qui pourrait accroître la réplication du virus.

  • Ziegler et al, SARS-CoV-2 Receptor ACE2 is an Interferon-Stimulated Gene in Human Airway Epithelial Cells and Is Enriched in Specific Cell Subsets Across Tissues. CELL-D-20-00767
    http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.3555145

Hydroxychloroquine et azithromycine

L'hydroxychloroquine (HCQ) est un médicament (commercialisé sous forme de sulfate d'hydroxychloroquine sous les noms de marque Plaquenil, Axemal (en Inde), Dolquine et Quensyl) indiqué en rhumatologie dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et du lupus érythémateux disséminé pour ses propriétés anti-inflammatoires et immunomodulatrices. Il est inscrit sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS. 

L'azithromycine fait partie de la famille des macrolides qui ont des effets antiviraux par potentialisation de la production d'interférons (Porter et al, 2016) et des effets anti-inflammatoires (Fischer et al, 2011).

Production des membres de l'AVF relatifs à ce traitement

Autres travaux

Ivermectine

L'ivermectine est un médicament largement utilisé en médecine vétérinaire pour traiter des parasitoses (gale, helminthes).

Etudes in vitro

 

Recherches Thérapeutiques contre les coronaviroses Animales

L'association d'interféron alpha et d'interleukine 18 protège le porcelet du coronavirus de la gastroentérite transmissible (TGEV) : réduction des symptômes, de la multiplication et de l'excrétion virales (Lee et al, 2011

Le traitement de chats par un petit analogue nucléosidique GS-441524, à effet antiviral in vitro, réduit l'intensité et la durée des symptômes induits par une infection expérimentale par le coronavirus de la péritonite infectieuse féline (FIP): Murphy et al, 2018