Liste des actualités

L’installation et le maintien de l’exercice vétérinaire dans les territoires ruraux, a fait l’objet d’un Rapport du CGAAER publié en décembre 2019.

Au regard des risques majeurs, sanitaires, socio-économiques et sociétaux, qu’une persistance d’inaction dans ce domaine ferait peser, les missionnaires du CGAAER, Arthur TIRADO (ISPV), Frédéric POISSON (IPEF) et Bernard VANHOYE (ISPV) voient une urgence certaine à ce que les Pouvoirs Publics (État et collectivités locales) interviennent directement dans la gestion du maillage vétérinaire, se saisissent du dossier et affirment, via la mise en œuvre du plan d’action proposé et une mobilisation adaptée de moyens humains et financiers, leur détermination à lutter efficacement, en appui aux éleveurs et aux vétérinaires, contre l’extension des déserts vétérinaires en territoires ruraux et péri-urbains et pour le resserrement da maillage vétérinaire sur tout le territoire national.

Six recommandations concernant la gouvernance nationale et l’approche communautaire sont proposées:

 

R1 …. Porter la prise en compte de cette problématique dans le cadre des négociations et la mise en œuvre de la future PAC en s’appuyant notamment sur les attentes sociétales en matière de bien-être animal…..

 

R2. ….Développer et mettre en œuvre les outils de gouvernance locale de gestion et de pilotage du maillage vétérinaire. Communication et relations entre les acteurs (éleveurs, vétérinaires, pouvoirs publics)…

 

R3 Renouer des liens forts et de confiance d’une part entre les vétérinaires sanitaires et le MAA, en renforçant notamment les actions de santé publique vétérinaire confiées par l’Etat aux vétérinaires ruraux, et d’autre part entre les éleveurs et les vétérinaires libéraux, en développant de nouvelles formes de partenariat éleveurs-vétérinaires, de type assurantiel (contrats individuels ou conventionnement collectif), privilégiant une approche préventive et holistique de la santé des troupeaux.

 

R4 Définir et identifier des zones d’accès critique en matière d’accès aux soins vétérinaires en territoires ruraux où les mesures du plan d’action s’appliqueront en priorité.

 

R5 Poursuivre les mesures en matière de diversification des profils des étudiants recrutés en ENV. Renforcer l’encadrement (stages et stages tutorés) et adapter le contenu pédagogique de la formation à la médecine des animaux de rente aux enjeux sociétaux, aux nouvelles technologies et à une approche préventive et holistique de la santé des troupeaux.

 

R6 . Mettre en œuvre les politiques d’appui à l’installation et au maintien de l’exercice vétérinaire en territoires ruraux (ZCASV) en recourant à des outils incitatifs et d’accompagnement tels que les bourses d’étude, le tuilage via le maintien en activité de vétérinaires proches de la retraite, des exonérations fiscales, la garantie d’un revenu temporaire minimal à l’installation, l’appui à la création d’associations d’éleveurs, l’appui à la création de cabinets d’au moins trois vétérinaires ruraux, voire, en dernier recours, la prise en charge financière par les pouvoirs publics de postes de vétérinaires salariés (avec contrats de service définis), et l’appui aux initiatives de maintien de la permanence et de la continuité des soins (gardes, plate-forme de gestion des appels).

 

 



Secrétariat :
34, rue Bréguet
75011 Paris