Séances 2008

 

 

Présentation de l'activité de l'année 2008

 

Présentation du travail des commissions :

  • Recherche et enseignement (Sciences fondamentales) : Brève présentation du rapport sur la recherche vétérinaire (Gérard Orth).
  • Productions animales et santé publique vétérinaire (Sciences cliniques) : Présentation courte (Jean-Louis Delage).
  • Relations homme-animaux : Présentation (Claude Milhaud).

 

 

18 Décembre : Séance thématique sur la parasitologie.

 

4 Décembre 2008 : Séance solennelle qui se tiendra à 14H 30 à l'Office International des Epizooties (OIE) ou Organisation Mondiale de la Santé Animale (OMSA).

12 Rue de Prony 75017 Paris.

 

Cliquez pour agrandir

Introduction par le Président de l'Académie.

Madame la Conseillère technique, représentant le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche,
Monsieur le Directeur Général de l’Organisation mondiale de la santé animale,
Messieurs les Présidents et Secrétaires perpétuels des Académies,
Mesdames et Messieurs les Inspecteurs Généraux de la Santé Publique Vétérinaire,
Messieurs les Officiers Généraux,
Messieurs les Présidents du Conseil Supérieur d l’Ordre, des Syndicat et des Organisations Professionnelles
Mesdames et Messieurs les membres du Corps enseignant,
Mesdames, Messieurs,
Mes Chers Collègues,

Madame la Conseillère nous vous sommes très reconnaissants d’avoir distrait quelques heures de votre emploi du temps particulièrement chargé pour participer à ce qui doit être, sauf erreur,  la 76° séance solennelle de l’Académie Vétérinaire de France.


Monsieur le Ministre chargé de l’Agriculture est, statutairement notre Président d’honneur. Vous êtes donc ici chez vous. Et c’est pour nous l’occasion de vous donner de vive-voix des nouvelles de votre Académie, de vous rendre compte de nos activités, de nos satisfactions et aussi de nos difficultés.


Je ne vous apprendrai pas, Madame qu’en ce début de XXI° siècle les académies, cherchent leurs places dans la société française. Généralistes, elles sont objectivement contestées par des structures plus spécialisées, comme les  agences, pour ne pas les nommer, qui maitrisent mieux l’accélération et la parcellisation des progrès dans le domaine des connaissances.


Aussi, les académies et en particulier celles des sciences du vivant et de la santé, hésitent quelquefois sur la nature précise de leur rôle et s’interrogent souvent sur la finalité de leurs activités dans le futur.
Cependant, leur indépendance et la somme d’expériences qu’elles rassemblent, les prédisposent à une contribution majeure : apporter, chacune en ce qui la concerne, ou mieux encore collectivement, des propositions de réponses aux questions d’ordre sociétal que soulèvent les progrès scientifiques et techniques réalisés dans leurs domaines de compétences.
Dans cette perspective, l’Académie Vétérinaire de France a consacré au cours de ces deux dernières années la plus grande part de ses activités à deux préoccupations de notre société : la santé publique et les relations entre les hommes et les animaux.


Aussi, afin de ne pas abuser de votre patience, je sacrifierai délibérément nos autres domaines d’activité. Qu’il s’agisse de la diffusion des progrès concernant les disciplines cliniques ou les sciences fondamentales, qu’il s’agisse des réflexions conduites en commun avec les grandes structures de notre profession ou avec les autres académies.  
Je me limiterai donc, aujourd’hui, à nos contributions au cours des deux dernières années, dans les deux domaines précités : la santé publique vétérinaire et les relations entre les hommes et les animaux.
La prévention des zoonoses et des épizooties, constitue le fondement de la santé publique vétérinaire. Elle a , donc, fait l’objet de travaux menés, soit au sein même de l’académie, soit en relation avec l’Académie de l’Agriculture, avec l’Académie des Sciences d’Outre-mer et avec le Groupe de concertation entre les académies des sciences de la vie et de la santé. Ces réflexions ont porté sur des problèmes généraux de prévention, sur les conséquences sociales et économiques des mesures de lutte contre les épizooties,  sur le concept  de  maladies émergentes, sur le mécanisme de franchissement de la barrière d’espèce.
Elles ont conduit à la rédaction de rapports et à l’émission d’avis sur des questions plus particulières comme la prévention des risques zoonotiques dans les établissements mettant en contact le public avec des animaux, ou encore sur la nécessité de surveiller une éventuelle contamination du cheptel français par l’agent de la fièvre Q.

 

Des mises au point ont été présentées et discutées en séance à propos de plusieurs zoonoses : Encéphalite Spongiforme bovine, Bartonelloses, Tuberculose chez les espèces sauvages, Ehrlichiose, Fièvre Q, Fasciolose, Fièvre charbonneuse, maladies virales transmises par les aliments.
Il en a été, de même, mais à une bien moindre échelle pour les épizooties. En ce domaine nous nous sommes intéressés à la fièvre catarrhale ovine, à la surveillance épidémiologique des équidés, aux maladies infectieuses des abeilles, à la fièvre du Nil occidental.
Pour en terminer avec la santé publique vétérinaire et même si nous ignorons tous ce que demain sera fait, je soulignerai la stabilisation actuelle de l’épizootie mondiale d’Influenza aviaire à virus hautement pathogène. Stabilisation obtenue par la simple mais de plus en plus rigoureuse application des mesures classiques de police sanitaire vétérinaire telles que préconisées par l’Organisation Mondiale de la Santé Animale.
Comme le développera dans quelques instants, Georges Chapouthier, la nature des relations entre les hommes et les animaux a caractérisé chacune des civilisations, chacune des grandes époques de l’histoire. Les quatre dernières décennies sont marquées, en particulier dans la société occidentale, par une évolution très nette de la nature de ces relations. Notre profession, plus que tout autre, peut en témoigner.

 

Cette évolution ne se fait pas sans quelques heurts, sans induire quelques conflits au sein de la communauté nationale. Aussi, au cours des deux dernières années, soit spontanément, soit à la demande du ministère de l’Agriculture, notre Compagnie a été amenée à se pencher sur la question de l’utilisation des animaux de laboratoire, sur certains aspects de l’abattage des animaux de boucherie, sur l’origine et l’expression de l’agressivité dans l’espèce canine, ou encore sur les menaces sanitaires et environnementales qui pèsent sur l’apiculture ou sur la faune sauvage autochtone.

 

A propos de ces problèmes conflictuels, dont certains, comme les modalités d’abattage touchent jusqu’à la conviction religieuse, nous nous sommes efforcés de construire à partir d’informations scientifiques et techniques les plus récentes et les plus objectives possibles. Les thèmes de nos séances et la qualité de ceux qui s’y sont exprimés en témoignent. Sur ces bases dont la solidité ne peut être contestée notre Académie s’est toujours exprimée avec la volonté de concilier, tant faire se peut, la sensibilité de chacun avec les impératifs économiques, sanitaires ou scientifiques de notre société.
Parvenu à ce stade de son intervention il est classique pour le Président d’évoquer la situation financière de notre académie. Bien que sans grande illusion je ne faillirai pas à cette inconfortable tradition.


Dans une société dominée par le concept de rentabilité immédiate, ou même de rentabilité tout court, une structure académique ne peut espérer que peu, si ce n’est que très peu, du partenariat industriel ou commercial. En dehors de quelques improbables mécènes, seul le budget de l’Etat peut assurer, et à peu de frais, la pérennité d’une institution, certes âgée de 164 ans, mais dont la compétence interdisciplinaire, le désintéressement et l’indépendance complètent harmonieusement l’action des administrations de l’Etat, en particulier, en garantissent aux citoyens des prises de position en dehors de toute influence, si ce n’est celle de la science et de la technique.
Les moyens, qui nous sont accordés identiques dans leur importance depuis plus de 17 ans, ne permettent plus de garantir l’efficacité et l’indépendance de notre Compagnie. Et ce, malgré le dévouement tout nos membres, et le soutien confraternel de l’Ordre national des vétérinaires quand ce n’est pas celui de l’OIE comme aujourd’hui. OIE dont nous remercions vivement le Directeur Général de sa présence amicale et de la qualité de son accueil.
Afin de ne pas abuser de votre bienveillante attention et de celle de nos invités je conclurai en vous remerciant à nouveau, Madame la Conseillère technique, d’avoir honoré de votre présence, cette séance solennelle.
Veuillez, je vous prie, assurer Monsieur le Ministre de la volonté de notre Compagnie, de continuer à servir au mieux les intérêts de son ministère et, au-delà, ceux de la nation et des sciences vétérinaires.


Je vous remercie, mesdames et messieurs, de votre tolérante attention.
J’invite maintenant Madame Emmanuelle Soubeyran, conseillère technique de Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche à prendre la parole.

 

 

Conférence de G. Chapoutier : "Le respect de l'animal dans ses racines historiques : de l'animal objet à l'animal sensible."

Biologiste et philosophe, directeur de recherche au CNRS (sera publiée dans le Bulletin).


Lecture du palmarès et remise des Prix :

Prix Claude Bourgelat : Ce Prix,  peut être décerné  soit à une  personne physique, pour l’ensemble de sa carrière, soit à une personne physique ou morale pour un ouvrage ou  une réalisation d’envergure

Guy JONCOUR.

 

Prix international Alexandre Liautard : Ce prix est destiné à récompenser un ouvrage international de qualité exceptionnelle "Santé animale ,1 Généralités, 2 Principales maladies" par Archie HUNTER, Gerrit. UILENBERG,Christian MEYER. Collection Agriculture tropicale en poche.


Prix Clément Bressou : Ce Prix est destiné à récompenser une publication faite dans le domaine générale de la Culture Vétérinaire.

  • "La médecine vétérinaire antique", dirigé par Marie-Thérèse CAM, Editions Presses Universitaires de Rennes
  • "Histoire du méchant loup. 3000 attaques sur l'homme en France", par Jean-Marc MORICEAU, Editions Fayard

Prix attribués à des publications concernant les sciences du vétérinaire (ouvrages ou thèses d'exercice et d'université exceptionnelles).

 

Prix Pierre Cadiot : récompenser une publication faite dans le domaine des sciences cliniques se rapportant aux animaux de rente.

  • "Autopsie de bovins". Collection Atlas, par Yves CHEREL, Patrice COUILLANDEAU, Olivier LECOMTE, Christian SPINDLER et Thibaut LARCHER. Editions le Point Vétérinaire.

 

Prix Paul Groulade : Ce Prix est destiné à récompenser une publication faite dans le domaine des sciences cliniques se rapportant aux animaux de compagnie.

  • "Génétique et sélection chez le chien", par Bernard DENIS. Editions Pratique Médicale et Chirurgicale de l'Animal de Compagnie.

 

Prix Victor Robin : Ce Prix est destiné à récompenser une publication faite dans le domaine des sciences cliniques se rapportant aux animaux de compagnie.

  • "Maladies de l'oreille du chien et du chat", par Emmanuel BENSIGNOR et P.A.GERMAIN. Editions du Point Vétérinaire.

 

Prix Auguste Chauveau : Ce Prix est destiné à récompenser une publication faite dans le domaine des sciences fondamentales.

  • " Invasions biologiques et extinctions : 11.000 ans d'histoire des vertébrés en France, par Michel PASCAL, Olivier LORVELEC, Jean-Denis VIGNE. Editions Belin.

 

Prix Raoul Baron : Ce Prix est destiné à récompenser une publication concernant les productions animales et l'élevage.

  • "Néonatalogie du Veau", par Bérangère RAVARY etNicolas SATTLER.Editions Le Point Vétérinaire.

 

Prix Camille Guérin : Ce prix est destiné à récompenser une publication concernant les anthropozoonoses Virus émergents. Vers de nouvelles pandémies, par Claude CHASTEL.

Prix Jean Pantaléon : Ce Prix est destiné à récompenser une publication concernant la sécurité sanitaire des aliments.

  • "Historique des services vétérinaires". Association amicale du Conseil Général Vétérinaire.


Prix Emmanuel Leclainche : Ce prix est destiné à récompenser une publication concernant l'épidémiologie.

  • "Surveillance épidémiologique en santé animale", par Barbara DUFOUR et Pascal HENDRICKS. Editions Quae.


Prix Gaston Ramon : Ce prix est destiné à récompenser une publication concernant les maladies infectieuses.

  • "Série de virologie clinique" par Etienne THIRY. Editions le Point Vétérinaire.


Prix Abel Brion : Ce prix est destiné à récompenser une publication concernant une réflexion sur l'exercice professionnel.

  • "Droit du travail au quotidien : guide pratique du vétérinaire", par Jean-Pierre KIEFFER et Marine NEVEUX. Editions le Point Vétérinaire.
 
Prix dotés par des mécènes.

Prix de la Fondation Xavier Bernard : Ce Prix, destiné à récompenser une publication concernant l'élevage et la pathologie des petits ruminants.

  • 2007 Carinne PARAUD "Contrôle biologique des nématodes parasites de la chèvre par le champignon nématophage Duddingtonia Flagrans".
  • 2008 Clément MARHUENDA "Etude des avortements d'origine infectieuse chez les petits ruminants en vue d'établir un protocole diagnostic dans le département des Deux Sèvres".
 
Prix de l'Asa.

Le Prix de l'ASA (Association "Animal-Société-Aliment") est destiné à récompenser une publication concernant la Santé publique vétérinaire conçue dans une optique pluri-disciplinaire.

  • "Sociologie d'une crise alimentaire" par Jocelyn RAUDE. Editions Tec et Doc Lavoisier.

 

 

Cliquez pour agrandir

 

28 novembre 2008 : Ces épizooties et zoonoses venues d'au dela des mers
Cette séance est commune avec l'Académie des Sciences d’Outre-mer (ASOM).

Elle sera organisée au siège de l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) 12 rue de Prony 75 017 Paris à 15 heures.


15h : accueil des participants par le Docteur Bernard Vallat, Directeur Général de l’OMSA, et présentation du siège de l’organisation.

15h15 - 15h30 : introduction générale par Jacques Serre (Président de l’ASOM) et Claude Milhaud (Président de l’AVF).


15h30 - 16h00 : La progression passée, présente et à venir des épizooties et zoonoses : surveillance et moyens de lutte par B .Vallat (OMSA) et J. Blancou (ASOM).
16h00 - 16h30 : Comment maîtriser les maladies émergentes à transmission vectorielle en Europe par R. Lancelot (CIRAD).


16h300 - 17h00 : La fièvre du Nil occidental et la fièvre catarrhale ovine, deux viroses en progression inattendue par S. Zientara (AFSSA).


17h00- 17h30 : table ronde, discussion générale et conclusion.

 

20 novembre 2008 : Séance thématique : Salubrité des aliments en situation de crise.

 




 

 

6 novembre 2008 : Séance thématique : Expérimentation animale en 2008 : Techniques d'expérimentation chez les animaux de production.




  • P. CHAVATTE-PALMER, M. BONNEAU : Restriction de l'apport sanguin au placenta et croissance fœtale chez la brebis.

 

 

23 octobre 2008 : Séance thématique : Expérimentation animale en 2008 : Ethique et experimentation chez les animaux de production.


  • R. NOWAK, J. COGNIE : Les modèles d'animaux de ferme utilisés en chirurgie expérimentale : intérêts et contraintes, aspects éthiques.




  • C-H. MALBERT : Activation centrale d'une stimulation vagale post-ingestive chez le porc : apports de l'imagerie fonctionnelle.

 

 

9 Octobre 2008 : Séance thématique : L'expérimentation animale en 2008.

Ethique-généralités.




 

 

26 Juin 2008 : Communications libres.


  • Bruno VERSCHUERE : Résultats sondage expérimentation animale.



 

 

12 Juin 2008 : Séance sur la médecine interne en équine.




 

 

29 mai 2008 : Séance thématique : "Alimentation et rites religieux".





 

 

21 Mai 2008 : Séance commune avec l’Académie de l’Agriculture : "Conséquences sociales, économiques des grandes mesures de lutte sanitaire".

  • Alain PHILIPPON : Introduction.
  • Barbara DUFOUR : Rappel des grandes mesures de lutte.
  • Anne-Marie BRISEBARRE : Acceptabilité sociale.
  • Jean-Paul PRADERE : Conséquences économiques.
  • Jean BLANCOU : Conclusion.

 

 

15 Mai 2008 : Séance thématique : Passé, présent et futur de la pathologie vétérinaire.

 

 

17 Avril 2008 : Communications libres.

  • Amada DIALLO : La peste des petits ruminants.
  • Valérie VIGIER : Plan de surveillance des contaminations des denrées d’origine animale,
  • Jeanne BRUGÈRE-PICOUX : Encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles iatrogènes : ce que l'on savait avant 1988.

 

 

10 Avril 2008 : Groupe de concertation des académies des sciences du vivant et de la santé (Faculté de Pharmacie de Paris) : Zoonoses et leur prévention.

 

 

3 Avril 2008 : Communications libres.

 

 

20 Mars 2008 : Séance thématique : "Pathologie des abeilles".

  • M-P CHAUZAT : Ecotoxicologie : résultats de l'enquête conduite en France au sujet des mortalités inexpliquées des abeilles.

 

 

6 Mars 2008 : Séance thématique : "Les mycoplasmes".

  • Marie Hélène KOBISCH : Mycoplasmes en pathologie porcine.

 

 

21 février 2008 : séance thématique sur : "Les cellules souches".

 

 

7 Février 2008 : Séance à thème : les vétérinaires dans les parcs zoologiques.

  • Xavier LEGENDRE et Yann LOCATELLI : Procréation assistée chez les cervidés: résultats, limites et perspectives.

 

 

24 Janvier 2008 : Communications libres.

  • Claudine PEREZ-EID : Des hypothèses actuelles sur la différenciation de distribution de deux maladies transmises en Europe par la même tique Ixodes ricinus.

 

 

10 Janvier 2008 : Assemblée générale.

AUTRES SEANCES (2007-2004)


Secrétariat :
34, rue Bréguet
75011 Paris