L’Académie attribue des prix et des médailles aux auteurs de travaux qu’elle juge dignes de récompense.

(voir la liste des prix de l'AVF)


Prix de l'Académie Vétérinaire de France au titre de 2016

  • Grand Prix de l’Académie Vétérinaire de France - Grand Prix Claude BOURGELAT

Ce Prix est décerné pour l’ensemble de ses travaux scientifiques à

Pierre-Louis TOUTAIN Professeur émérite de Physiologie et Thérapeutique

  • Prix attribués à des publications scientifiques à caractère vétérinaire ou zootechnique

PRIX Victor ROBIN

Ce Prix est destiné à récompenser une publication dans le domaine des sciences cliniques se rapportant aux animaux de compagnie

Ophtalmologie vétérinaire ‘Slatter’ » de David J. MAGGS, Paul E. MILLER et Ron OFRI - Éditions MED’COM.

PRIX Roger BORDET

Ce prix est destiné à récompenser un ouvrage portant sur la chirurgie des petits animaux

Guide pratique de gestion des plaies et chirurgie reconstructrice chez le chien et le chat » de Jolle KIRPENSTEIJN et Gert Ter HAAR - Éditions MED’COM.

PRIX Pierre CADIOT

Ce Prix est destiné à récompenser une publication relative aux pratiques et thérapeutiques vétérinaires

« Pratiquer » de Frédéric DECANTE - Éditeur Frédéric DECANTE.

PRIX Raymond FERRANDO

Ce prix est destiné à récompenser un ouvrage concernant l’alimentation des animaux domestiques

« L’alimentation du cheval» de Roger WOLTER, Charles BARRÉ et Philippe BENOIT - Éditions France Agricole.

OUVRAGES et THÈSE REMARQUÉS

- « Des maladies à transmission vectorielle chez le chien et le chat » de Jacques GUILLOT et Luc CHABANNE - Éditions MED’COM.

- « Manuel de pathologie aviaire » de Jeanne BRUGÈRE-PICOUX, Jean-Pierre VAILLANCOURT et coll. - Éditions AFAS.

- « Mémento de zootechnie » de Jean-Pierre VAISSAIRE - Éditions France Agricole.

-« Choix de carrière dans l’enseignement vétérinaire et attractivité des territoires ruraux » Thèse présentée et soutenue publiquement le 4 avril 2016. Université Blaise PASCAL, Clermont Ferrand – Par Sylvain DERNAT.

  • Prix attribués à des publications à caractère environnemental ou/et de santé publique

PRIX Auguste CHAUVEAU

Ce prix est destiné à récompenser une publication ayant trait à l’origine et de la place de l’Homme dans l’évolution générale du monde vivant

« Abeilles sauvages, les connaitre, les accueillir, les protéger » de Vincent ALBOUY - Éditions DELACHAUX et NIESTLÉ.

PRIX Achille URBAIN

Ce prix est destiné à récompenser une publication ou une collection naturaliste

« Collection guide du naturaliste : GUIDE DELACHAUX »

  « Reptiles et amphibiens d’Europe » d’Alex KWET.

  « Le sanglier» de Philipe CARUETTE, Pascal ÉTIENNE et Marc MAILLER.

  « Le chevreuil » de Pascal ÉTIENNE.

PRIX Jean PANTALÉON

Ce Prix est destiné à récompenser une publication sur les laboratoires d’analyses et la santé publique

« Pesticides : des impacts aux changements de pratiques» De Edwige CHARBONNIER, Aïcha RONCEUX, Anne-Sophie CARPENTIER, Hélène SOUBELET et Enrique BARRIUSO, Éditions QUAE.

OUVRAGES REMARQUÉS

« Le parasite, le moustique, l’homme et les autres…» de François RODHAIN - Éditions DOCIS.

« Les chimpanzés des monts de la lune » de Sabrina et Jean-Michel KRIEF - Éditions BELIN.

  • Prix attribués à des publications à caractère historique

PRIX Alexandre LIAUTARD

Ce Prix est destiné à récompenser une publication historique sur les vétérinaires :

« Des vétérinaires au Maroc sous le Protectorat français » de Jamal HOSSAINI-HILALI - ADRAR Éditions.

PRIX Clément BRESSOU

Ce Prix est destiné à récompenser des travaux relatifs à l’histoire de la médecine vétérinaire

« Histoire des animaux domestiques XIX e et XX e siècle » de Damien BALDIN - Éditions du SEUIL.

PRIX Raoul BARON

Ce Prix est destiné à récompenser une publication sur l’histoire de l’élevage

« Les vaches ont une histoire – Naissances des races bovines » de Bernard DENIS et Émile BAUDEMENT - Éditions DELACHAUX et NIESTLÉ.

PRIX André CHARTON

Ce Prix est destiné à récompenser une publication relevant de la culture vétérinaire

« L’Écuyer du Roy » de Guy GIRARD.

 

 

Télécharger le palmarès

 

 


Lauréats de l'Académie Vétérinaire de France 2016 au titre de leur travail de thèse

  • Prix de Thèse - Lauréats 2016 de l'Académie vétérinaire de France
  • Emilie SIMONNET (Thèse de l'Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort, 2015)

Comment les jonctions neurovasculaires se mettent-elles en place au cours du développement chez la souris ?

Les artères de petit calibre sont innervées par des neurones post-ganglionnaires orthosympathiques. Cette innervation contrôle la vasomotricité et participe au maintien de la pression artérielle. Elle se met en place progressivement à partir du 2e jour de développement post-natal chez la Souris. À partir du 10e jour, les premiers contacts fonctionnels entre les nerfs et les cellules musculaires lisses vasculaires de la paroi des artères, appelés jonctions neurovasculaires, se mettent en place. Le travail présenté dans cette thèse a été réalisé dans le cadre d’un stage de Master 2 dans l’équipe d’Isabelle Brunet, au Collège de France. Il visait à élucider les mécanismes permettant la mise en place des jonctions neurovasculaires au bon endroit et au bon moment au cours du développement chez la souris. Notre laboratoire a en effet mis en évidence que la Nétrine-1, molécule diffusible produite par les cellules musculaires lisses vasculaires joue un rôle d’attraction sur les fibres orthosympathiques à partir du 2e jour de développement post-natal tandis que l’Éphrine-A4 exerce une répulsion par contact. Au cours de mon stage de Master 2, j’ai étudié la structure, l’organisation et la mise en place des jonctions neurovasculaires. J’ai réalisé des immunomarquages qui ont révélé la présence de synaptophysine au niveau de ces jonctions et la présence de Neural Cell Adhesion Molecule dans les nerfs orthosympathiques innervant les artères. Mon travail a également permis de mettre en évidence l’implication de la Nétrine-1 et du couple ÉphrineA4/EphA4 dans le maintien de l’innervation artérielle chez l’adulte. Ces résultats suggèrent que ces molécules participent très vraisemblablement à la mise en place des jonctions neurovasculaires à partir du 10e jour de développement post-natal. Au-delà de son intérêt fondamental en biologie du développement, la connaissance fine de la mise en place de l’innervation artérielle pourrait améliorer la compréhension d’affections comme l'hypertension artérielle et favoriser la recherche de nouvelles voies thérapeutiques.

Accès à la thèse (pdf)

  • Lucile VAVASSEUR (Thèse de l'Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort, 2015)

Mise au point d'une méthode quantitative d'évaluation échographique de l'hémiplégie laryngée chez le cheval

L’exploration échographique du larynx par voie externe est un examen plus accessible sur le terrain, moins invasif et mieux corrélé à l’endoscopie à l’effort que l’endoscopie au repos pour le diagnostic de l’hémiplégie laryngée chez le cheval. Son utilisation pour le dépistage de l’hémiplégie laryngée en première intention semblerait pertinente, à condition de définir des critères échographiques de suspicion objectifs, conduisant à réaliser ou non un examen endoscopique à l’effort pour confirmer le diagnostic. L’objectif de cette étude est de définir un paramètre échographique combinant une bonne concordance inter-échographistes et une bonne aptitude à discriminer les chevaux sains des chevaux présentant un défaut d’abduction du cartilage aryténoïde gauche à l’effort. Les images échographiques acquises par deux opérateurs dans la fenêtre acoustique latérale selon un protocole standardisé ont permis d’extraire différents paramètres quantitatifs d’échogénicité. La moyenne, sur trois images acquises en vue transversale, du ratio entre l’échogénicité moyenne d’un disque de 1130 pixels placé dans le muscle crico-aryténoïdien latéral, et l’échogénicité moyenne d’un disque de 1130 pixels placé dans le muscle vocal est le paramètre garantissant la meilleure concordance inter-échographistes (Coefficient de concordance de Lin : 0,93). Ce paramètre présente par ailleurs une très bonne corrélation avec l’examen endoscopique à l’effort, considéré comme l'examen de référence pour l’évaluation de l’hémiplégie laryngée récurrente. Dans cette étude sur vingt chevaux, le seuil de 0,6 pour ce paramètre permet de dépister les chevaux susceptibles de présenter un défaut d’abduction du cartilage aryténoïde gauche à l’effort avec une sensibilité de 1 et une spécificité de 0,9.

Accès à la thèse (pdf)

  • Pauline FREYCON (Thèse de VETAGROSUP, 2015)

Rôle du bouquetin capra ibex dans l'épidémiologie de la brucellose à brucella melitensis en Haute Savoie

Suite à la découverte en avril 2012 d’un foyer domestique de brucellose à Brucella melitensis dans une exploitation bovine laitière dans le massif du Bargy, le rôle du bouquetin des Alpes Capra ibex a été fortement suspecté dans la ré-émergence de la maladie en Haute Savoie. Notre étude avait pour but d’étudier le rôle de cet ongulé de montagne dans l’épidémiologie de cette zoonose aux enjeux économiques et sanitaires majeurs. Nous avons ainsi évalué le niveau de présence de l’infection et étudié la pathogénie de la brucellose chez le bouquetin à partir des données collectées entre 2012 et 2015 dans le cadre du suivi populationnel et sanitaire mis en œuvre par l’ONCFS. Ce travail d’analyse permet de mieux comprendre dans quelle mesure l’infection brucellique évolue de manière autonome au sein de la population de bouquetins du massif du Bargy. Néanmoins, la mise en parallèle de ces résultats avec les investigations menées sur les interactions avec les cheptels domestiques s’avère indispensable dans l’évaluation du risque de transmission interspécifique que représente ce foyer sauvage.

Accès à la thèse (pdf)

  • Anne-Laura POTELLE (Thèse de ONIRIS, 2015)

Les biopsies cérébrales chez le chien : modalités, complications et validation d'un cadre de stéréotaxie pour repérage par imagerie par résonance magnétique

Technique précise et sûre, l’utilisation d’un cadre de stéréotaxie lors de biopsies cérébrales est aujourd’hui indispensable dans le diagnostic de certitude des tumeurs cérébrales sur animal vivant. L’objectif de ce travail est d’exposer les modalités de réalisation ainsi que les complications d’une biopsie cérébrale stéréotaxique, et de valider un modèle de cadre stéréotaxique canin guidé par imagerie par résonance magnétique sur des cadavres. Le cadre testé a permis la réalisation de biopsies avec une précision d’à peine plus d’un millimètre. La prochaine étape devra consister à effectuer la même étude sur animal vivant. Le but final de cette étude est de tester le traitement par radiothérapie interne des glioblastomes sur un modèle canin.

Accès à la thèse (pdf)

  • Célia MARGUET (Thèse de ONIRIS, 2015)

Etude épidémiologique de l'acidose ruminale subaiguë dans les élevages laitiers français: prévalence, persistance et lien avec la production laitière

L’acidose ruminale subaiguë (ARSA) de la vache laitière est une maladie métabolique difficile à diagnostiquer en élevage. Mis à part l’impact reconnu d’un état d’ARSA sur le taux butyreux (TB) du lait, celui sur les autres performances de production est méconnu. L’objectif de cette étude est de connaître l’impact global de l’ARSA dans les troupeaux. Celui-ci dépend à la fois de sa prévalence, de sa persistance et de ses conséquences sur les performances de production. La première partie du projet AcID a permis de déterminer une équation, traduisant une relation entre les acides gras (AG) du lait et le profil fermentaire du rumen, qui pourrait aider au diagnostic de l’ARSA. Ainsi cette étude a été réalisée à partir d’indicateurs prenant en compte cette avancée ainsi que le rapport TB/TP (taux protéique). Elle a permis de montrer qu’en l’absence de test Gold Standard, la prévalence dépendait de l’indicateur et des seuils choisis, et par conséquent, il paraît difficile de conclure sur la prévalence de l’ARSA en France. Bien que les indicateurs soient peu sensibles et peu spécifiques, ils ont tout de même permis de montrer que les multipares, les vaches en milieu de lactation et certains départements étaient plus à risque que d’autres. Mais il parait important de revoir le seuil défini pour le rapport TB/TP selon la race des animaux, puisque des différences physiologiques existent et nécessitent d’être prises en compte. Une vache ne persisterait pas à l’état d’ARSA contrairement aux troupeaux. Par ailleurs, l’étude montre qu’une vache en état d’ARSA produit 1 kg de lait de moins par jour qu’une vache non atteinte, et qu’un lien existe entre une chute du rapport TB/TP et une augmentation de la concentration en cellules somatiques du lait.

Accès à la thèse (pdf)

  • Hugo ROLLAND (Thèse de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, 2015)

Les lithiases urétérales félines : synthèse bibliographique et étude rétrospective sur 34 cas présentés à l'ENVT entre janvier 2010 et juillet 2014

Ce travail vise à synthétiser les données bibliographiques sur les lithiases urétérales félines, puis à présenter les résultats d’une étude rétrospective des cas diagnostiqués à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse entre 2010 et 2014. Les objectifs ont été de décrire les caractéristiques épidémiologiques et les facteurs de risque ; de détailler les données cliniques et biologiques ; et enfin d’évaluer l’efficacité à court terme de la prise en charge médicale chez les chats atteint de calculs urétéraux. Trente-quatre individus ont été inclus. L’âge médian de présentation est de 7 ans et les femelles et les Sacrés de Birmanie sont surreprésentés. La présentation clinique et les modifications constatées sont principalement celles d’une insuffisance rénale. Dans 7 % des cas, le traitement médical a été suivi de l’expulsion du calcul par les voies naturelles, dans 21 % l’issue est restée incertaine, tandis que dans 72 % la prise en charge médicale s’est soldée par un échec.

Accès à la thèse (pdf)

  • Prix Ampli Mutuelle 2016 récompensant une thèse de doctorat vétérinaire portant sur l’exercice professionnel
  • Chloé DURUSSEL (Thèse de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, 2015)

La responsabilité civile du vétérinaire praticien dans l’exercice de la médecine et de la chirurgie des équidés : analyse et commentaires de la jurisprudence récente (2009-2013)

La responsabilité civile du vétérinaire praticien est aujourd'hui un sujet incontournable dans la pratique de la médecine et de la chirurgie des équidés. Même si les vétérinaires sont de plus en plus avertis des risques et des précautions à prendre dans l’exercice de leur profession, un certain nombre d'entre eux se voit néanmoins assigné devant les tribunaux. L'objectif de ce travail est de recueillir et de commenter des exemples de jurisprudences récentes, afin de passer en revue les divers motifs de condamnation, puis d'en dégager des avertissements et des mises en garde particulières pour les vétérinaires équins. C'est à partir de 47 cas jugés ces cinq dernières années, avec la mise en cause de la responsabilité de 32 vétérinaires, que nous avons pu mettre en évidence le fait que le défaut d'information constitue le reproche majeur formulé à l'encontre des vétérinaires lors des jugements.

Accès à la thèse (pdf)

  • Prix de la Fondation Xavier BERNARD
  • Marie-Anne BETHUNE (Thèse de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, 2015)

Influence du génotype viral sur l’infection fœtale par le virus de la maladie de la frontière (border disease)

La Maladie de la Frontière (Border Disease) est une maladie ovine, due à un pestivirus, ayant une répartition mondiale. La région Aveyronnaise, à cause de sa forte concentration en brebis laitières, est particulièrement touchée en France. La lutte contre cette maladie repose sur des mesures sanitaires et vaccinales, visant à empêcher l’infection du fœtus et l’apparition d’agneaux infectés permanents immunotolérants(IPI). Toutefois peu de données existent sur l’infection fœtale par le BDV chez la brebis gestante et sur l’efficacité de la protection fœtale par les vaccins hétérologues. Dans cette étude nous avons infecté expérimentalement des brebis à 52 jours de gestation avec 4 souches BDV de génotype différents : BDV-5, BDV-4, BDV-6 et BDV-3. L’ensemble des souches a montré la même capacité à infecter des brebis gestantes et à passer la barrière transplacentaire pour infecter le foetus. Toutefois, les capacités des souches à entraîner de la mortalité fœtale, des avortements ou encore des retards de croissance et des malformations se sont révélées hétérogènes. Dans l’objectif d’utiliser ce modèle d’infection pour réaliser un test d’efficacité vaccinal (protection fœtale et prévention des IPI) sur des brebis gestantes, les souches BDV-3 et BDV-6 se sont montrées les plus prometteuses.

Accès à la thèse (pdf)

 

Télécharger le palmarès


Secrétariat :
34, rue Bréguet
75011 Paris