L'Académie Vétérinaire de France a été reconnue d’utilité publique par décret du 16 avril 1878 sous le nom de Société Centrale de Médecine Vétérinaire  puis transformée en Académie par décret présidentiel du 12 janvier 1928. Elle est composée de 183 membres dont 25 émérites, 11 honoraires, 63 titulaires, 61 correspondants et 20 non nationaux. La plupart sont vétérinaires mais elle comprend aussi des représentants d'autres professions comme des médecins, des chirurgiens, des chirurgiens-dentistes, des agronomes ou des biologistes. Elle a pour but :

  • d'étudier tous les sujets relatifs aux domaines scientifiques, techniques, juridiques, historiques et éthiques où s'exercent les compétences du vétérinaire, en particulier ceux se rapportant aux animaux, à leurs maladies, à leurs relations avec l'homme et l'environnement, aux productions animales et à la santé publique vétérinaire;
  • de contribuer à la diffusion des progrès des sciences et au perfectionnement des techniques ayant trait aux activités vétérinaires;
  • de conseiller les pouvoirs publics et d'éclairer l'opinion dans les domaines précités;
  • de développer les relations techniques et scientifiques, nationales ou internationales entre les vétérinaires et les autres acteurs des sciences de la vie et de la santé;

L'Académie exprime son avis sur toutes les questions de sa compétence, et notamment sur celles dont elle est saisie par le Gouvernement. Ses avis sont adoptés à la majorité qualifiée des membres titulaires et émérites présents.

Comme toute académie, le cœur de l' activité de l'Académie Vétérinaire est constitué par un suivi critique de l’évolution des disciplines de sa compétence au cours de séances annuelles publiques et par un travail de réflexion en commissions spécialisées.


Lors des séances publiques, les avancées enregistrées dans les différentes disciplines du vétérinaire sont présentées, sous forme de notes brèves, de communications ou de mémoires.

Ces diverses contributions sollicitées ou proposées par des membres de l’Académie, ainsi que par des auteurs extérieurs, sont ensuite publiées dans le Bulletin de l’Académie.

La finalité de cette revue est d’offrir aux milieux académiques nationaux et internationaux, une image la plus fidèle possible de l’évolution scientifique et technique de l’ensemble de la Vétérinaire française.

Sa vocation généraliste et son public la distinguent des revues de formation post-universitaire beaucoup plus spécialisée et plus orientée vers les besoins des praticiens.

Elle en constitue, en fait, leur complément national consacré à la culture vétérinaire, et diffusé actuellement auprès d’établissements d’enseignement ou de recherche vétérinaires de 42 pays.

 Le travail de réflexion est conduit :

  • Soit par des commissions spécialisées permanentes chargées du suivi de l’évolution de leurs domaines de compétences :
    • Élevage et santé publique vétérinaire.
    • Recherche et enseignement.
    • Relations homme-animaux.
    • Pathologie animale.
  • Soit par des commissions provisoires, créées à la demande, afin de traiter de questions posées par l’autorité de tutelle ou soulevées par l’actualité.

 

Ces travaux font l’objet de rapports discutés puis adoptés en séance plénière. Ils donnent généralement lieu à un avis formel transmis en priorité au Ministre chargé de l’Agriculture.


Secrétariat :
34, rue Bréguet
75011 Paris